Vous êtes ici : Accueil Conférences Conférences à Lille Après-coup de la conférence de Damien Guyonnet « Les schémas lacaniens à l'ère du réseau »

Après-coup de la conférence de Damien Guyonnet « Les schémas lacaniens à l'ère du réseau »

Que ceux qui ont manqué de courage face à l'audacieux titre de Damien Guyonnet le regrettent en lisant ces lignes, il n'y a pas à reculer devant les schémas de Lacan, surtout à les conjuguer au temps du réseau ! C'est ce qu'il a enseigné ce samedi 30 janvier à un public tout conquis à sa cause.

Qui dit réseau dit social et donc discours, vous l'aurez deviné. Alors, si la structure de réseau est la caractéristique majeure de notre modernité, quelle place la psychanalyse peut-elle prendre dans ce contexte ? Celle qui ouvre la voie à une nouvelle clinique, la « clinique du réseau ».

Avec passion et patience, pas à pas, et ménageant son suspens, notre invité nous a guidés dans une excitante traversée de l'oeuvre de Lacan, en prenant appui sur trois de ses plus classiques schémas.

Suivant les indications de Jacques-Alain Miller, il nous a montré comment le modèle du réseau a succédé à celui de la hiérarchie. Pour définir le mode hiérarchique du lien social, il convient de partir de la psychologie des foules de Freud. Deux registres identificatoires y opèrent, et la logique qui s'en dégage est celle de la supériorité de l'idéal du moi sur l'objet. L'un vertical permet à la foule de s'identifier au leader et relève du symbolique, dans l'autre, horizontal, et imaginaire, les individus s'identifient les uns aux autres, dans leur rapport à l'idéal qu'incarne le leader.

S'ils sont autant de scansions dans l'enseignement de Lacan, qu'ont en commun, outre leur structure quaternaire, le schéma L, le graphe du désir et l'écriture des quatre discours ? Celle de mettre en évidence le réel, dans ce point d'impossible que l'absence de réversibilité implique. Les schémas de Lacan formalisent des mouvements, des permutations de places selon des vecteurs, qui ne vont que dans un sens et ne permettent aucun retour possible. C'est dans cette impossibilité, cette rupture de cycle, qu'affleure le réel, innovation lacanienne majeure s'il en est.

A l'ère du réseau, s'il n'y a plus ni leader ni maître incarné, quelle logique opère alors ? Le discours du capitalisme nous en donne plus qu'un aperçu. Lacan l'a formalisé en faisant subir une petite inversion au discours du maître. Il inscrit le sujet barré en place d'agent et l'objet a en place de production, car le capitalisme produit des objets, c'est là sa vocation, de ne pas cesser d'en produire, encore et encore. Cette inversion, loin d'être sans conséquences, produit une modification majeure, caractéristique essentielle de la structure de réseau de notre modernité. Elle évacue la dimension d'impossible du réel au profit de celle de l'illimité.

Face aux deux voies qui s'ouvraient devant la question du désir, Lacan n'a pas choisi celle du père et de la métaphore paternelle. Son écriture des formules de la sexuation en témoignent. Du côté masculin, du côté paternel, c'est la logique du tout et de l'exception et donc celle de la hiérarchie qui s'écrit. Du côté féminin, c'est celle du pas-tout, de la négation de l'exception qui nous permet de penser les modalités du réseau, le pas-tout partout et l'illimité. La voie de l'Oedipe, de sa logique et de son lien au père, Lacan l'a laissée de côté, choisissant celle du féminin, de l'au delà de l'Oedipe. La clinique structuraliste et discontinuiste a laissé la place à une nouvelle clinique, continuiste, qui s'intéresse à la façon singulière dont un sujet va traiter le réel, à son mode de jouir.

Internet se révèle donc un incroyable outil de traitement du réel et il convient de s'y intéresser de près afin de construire cette innovante clinique, et d'entendre ces jeunes gens modernes aux prises avec leurs nouveaux symptômes, usages toujours si singuliers du réseau et de la façon dont chacun peut y faire discours. Voilà une bonne occasion pour l'ACF-CAPA de convier sans attendre Damien Guyonnet à revenir à Lille pour déplier plus en détail cette clinique du réseau !

Agathe Sultan pour la commission Conférences de l'ACF-CAPA à Lille