Vous êtes ici : Accueil Publications Femme(s) en souffrance(s)

Femme(s) en souffrance(s)

Femmes(s) en souffrance(s)


Acheter ce numéro sur ECF-Echoppe

La femme n’existe pas, lance Lacan en 1974, soulevant un tollé du côté des féministes.
La femme n’existe pas mais les femmes existent et le revendiquent de plus en plus fort, parfois au prix de leur vie. Elles existent et elles « assurent » : au travail, à la maison, avec les enfants, avec leur(s) homme(s)…
Mais comment font-elles ?
Tiraillées entre la réussite professionnelle, l’idéal de la bonne mère, et leur vie de femme, elles se plaignent parfois de ne plus s’y retrouver. Pourtant elles ne sont pas folles, pas folles du tout, nous dit Lacan. Elles ne sont pas prises dans cette passion du tout qui peut, chez certains hommes, devenir folie totalitaire, religieuse ou encore ivresse du pouvoir.
Que veut une femme ? se demandait Freud, évoquant à son sujet trois modalités de l’objet pouvant la satisfaire : Kinder, Küche, Kirche (enfant, cuisine, église)
Que sait une femme ? se demande Lacan cinquante ans plus tard.
Si la mère rassure, la femme, elle, inquiète.
Brulées vives comme sorcières il y a quelques siècles, certaines, aujourd’hui encore, se retrouvent enfermées entre les murs d’une prison pour simplement avoir osé prendre la parole. Réussite professionnelle, enfant à tout prix, homme(s)…autant d’avoirs qui répondent aux exigences du tout.
A partir de la souffrance singulière d’un symptôme cette jouissance conforme à l’idéal phallique pourra être interrogée dans le cadre de la cure.

Monique TEYSSIER