Lecture clinique : impact de la parole

 

Télécharger l'affiche

La prochaine soirée du séminaire d'étude se tiendra à Saint-Quentin

Le mardi 20 septembre 2016, au CCAS, 60 rue de Guise.

 Avec la participation de :

Catherine Heule et Sophie Simon, intervenantes au Courtil

Argument:

Lecture clinique : impact de la parole

À la fin du XIXème siècle, la rencontre de Freud avec Charcot produit un renversement sur la façon de lire la clinique. Alors que dans l’hystérie, la médecine observe les phénomènes qui se produisent dans le visible, Freud porte toute son attention aux dires des patients et découvre un lien entre le symptôme et l’expérience d’un trauma. Le symptôme de conversion témoigne d’un impact de la parole sur le corps. La parole a aussi des effets qui peuvent réduire, voire lever, le symptôme.

Dans la cure analytique, un nœud de significations peut être dénoué par les mêmes voies que celles qui l’ont construit, les effets de l'équivoque par exemple.

L’expérience du clinicien dès lors se trouve éclairée d’une autre façon, y compris en dehors de la cure analytique. Dans les institutions du champ social, de la santé, ou de l’éducation; partout où la parole est convoquée par la pratique professionnelle.

Ce sont ces deux aspects que nous interrogerons cette année.

D’une part l’impact de la parole dans la cure, et d’autre part la portée, les effets de la parole dans les instituions : comment la parole s’ordonne dans un discours, ce qui s’entend, ce qui reste non dit, ce qui se lit entre les lignes, ce qui insiste, ce qui, comme on le dit couramment, fait symptôme dans une institution.

Nous verrons que la fonction de la parole s’étend bien au-delà de la communication. La vie quotidienne nous montre en de nombreuses occasions comment la parole est sans cesse lieu et objet de contradictions et de malentendus : lapsus, mot d’esprit, rêve aussi bien, sont les formations de l’inconscient produites par un sujet - un corps doué de parole. Mais dire ouvre aussi une voie méconnue du sujet. Ces trébuchements et ratages nous indiquent que dire n’est pas simple bavardage mais engage un autre espace, une scène où résonne de façon singulière un sujet pris dans le langage. Chiffrage et déchiffrage sont en cause, avec tout l’espace des non dits qui à l’occasion se donnent à voir aussi sur le corps.

Quels sont les modes de faire avec la parole et le corps  au XXI e siècle ? Comment lire l’impact de la parole sur le corps dans la clinique  aujourd’hui? Nous tenterons d’en saisir quelques fils à partir de la clinique, d’une pratique en institution, dans  la littérature, ou encore en interrogeant le savoir le l’artiste.

 

Le mardi 24 mai 2016

Les intervenants: 

 

Philippe Guedj, psychanalyste :

 

Finnegan's Wake de Joyce, une lecture comme "audissée" ?

 

Rose-Andrée Rattin, accueillante à la Petite Maison Ouverte :

 

"Yoko Ogawa, une écriture au scalpel."

 

Le mardi 22 mars 2016

Les intervenants: 

Pierre-Yves Gosset, psychanalyste

Patrice Destrez, psychanalyste

 

Le mardi 26 janvier 2016

 Les intervenants:

 Hélène Mention, psychanalyste,

 Claire Perret, psychologue clinicienne