flyeretremere

Être mère - Fantasmes de maternité en psychanalyse

Une affiche est née .... et elle est magnifique…..

Déjà nous attendons la suite, l'argument, les travaux 

préparatoires qui ne vont pas manquer de se presser partout,

sur les blogs, dans les ACF, dans les cartels..... 

Sous le titre, Etre mère: fantasmes de maternité en psychanalyse,

les 44èmes Journées de l’ECF sont lancées, elles se tiendront

au Palais des Congrès à Paris les 15 et 16 novembre 2014…..
                 

Ici sur le site de l'ACF-CAPA… cette nouvelle rubrique leur est 

spécialement consacrée, avec dores et déjà l’invitation à y annoncer

vos ateliers,  soirées préparatoires et autres initiatives pour

lesquelles vous pouvez vous rapprocher des membres des bureaux de villes de

l’ACF-CAPA, et de Christophe Delcourt.

Pour le bureau, Catherine Stef

 

A noter sur vos tablettes, les 44èmes Journées de l'ECF,

les 15 et 16 novembre 2014 !

Être mère, fantasmes de maternité en psychanalyse

Dès aujourd'hui télécharger  L'affiche des 44èmes Journées

 

Les 43èmes Journées de l' ECF

Les traumatismes dans la cure analytique. Bonnes et mauvaises rencontres avec le réel.

Journées 43

Les 43èmes Journées de l' ECF auront lieu à Paris les 16 et 17 novembre 2013 au Palais des Congrès de Paris.

Vous pouvez télécharger ci-dessous l'appel à communication qui présente le thème et les axes de travail ainsi que le bulletin d'inscription individuelle ou pour la formation permanente.

Vous pouvez également suivre l'actualité de la préparation des Journées 43 sur http://www.journeesecf.fr

Argument :

Il y a une théorie spontanée du traumatisme. Ce qui ne pouvait arriver, est arrivé. Impensable ! Inimaginable ! Insupportable ! Trop.

Lire la suite...

pipol-6

Pipol 6

Deuxième Congrès Européen de Psychanalyse (PIPOL 6)

Après l'Œdipe

Deuxième Congrès Européen de Psychanalyse (PIPOL 6)Après l'ŒdipeDiversité de la pratique psychanalytique en Europe

Au verso de l'affiche

Deuxième Congrès Européen de Psychanalyse (PIPOL 6)Après l’ŒdipeDiversité de la pratique psychanalytique en EuropeAu verso de l’affiche



« Après l’Œdipe » ? Qu’est-ce que cela veut dire ?
Que le monde n’est plus comme avant : le Père n’est plus épatant. Sa fonction est usée, elle a été pluralisée, nivelée. Qui se souvient encore de la force de ses interdits, du respect qu’il suscitait, de la dignité de ses idéaux ? Aujourd’hui, on ne lui accorde plus aucun crédit a priori. Il doit sans cesse faire ses preuves, en acte plutôt qu’en parole. La jouissance a du mal à se faire réguler. Le contrôle et la surveillance, déployés par le maître contemporain, n’ont rien à voir avec ce qu’était l’autorité d’un père. On le déplore et on tente d’attraper la jouissance par des outils empruntés à la science et, au pire des cas, à un scientisme affolé, allant main dans la main avec un capitalisme illimité.


PIPOL6 Af WEB FR 027 Vous faites dans la sociologie du père. L’Œdipe est pourtant un concept psychanalytique, tout un appareil !
En effet, l’Œdipe a été la seule boussole de la psychanalyse pendant longtemps. Il indiquait, sous la forme d’un complexe, une pathologie. En même temps, il était l’étalon d’un parcours « normal » chez le névrosé, tandis qu’il se présentait sous la modalité d’une absence radicale, d’un trou, d’une forclusion chez le psychotique. La psychanalyse d’orientation lacanienne nous permet d’élargir la clinique bien au-delà de cette référence oedipienne, pour accueillir des cas qui lui sont en quelque sorte indifférents. Les avancées les plus récentes de J.-A. Miller, à partir du dernier enseignement de Lacan, permettent de traverser ce standard œdipien pour cerner la charpente, le nœud que le sujet s’est construit pour affronter son existence, la jouissance qui s’est produite de la rencontre contingente entre le signifiant et le corps - point extrême de singularité que nous appelons l’Un tout seul

Lire la suite...